produits rentable chine

?COMMENT TROUVER UN PRODUIT RENTABLE À VENDRE EN 2020 ? [GUIDE COMPLET]

Notre guide complet d’aujourd’hui répondra à cette question pour vous en profondeur.
Nous vous donnerons également certains outils / feuilles de calcul personnalisées peaufinées depuis plus de 10 ans pour vous aider à trouver rapidement ces produits rentables.
En réalité, la recherche et la sélection de produits sont extrêmement compliquées et prennent du temps. La plupart des gens trouveront ça trop compliqué et abandonneront l’idée avant de tout maîtriser et de réussir.

Mais aujourd’hui, nous allons vous donner les règles et outils pour identifier rapidement les produits à haute opportunité, les comparer les uns aux autres et, pour finir, sélectionner le produit grâce auquel vous pourrez au mieux lancer une nouvelle entreprise (votre e-commerce, le vôtre !).

Nous sommes convaincus que ce guide saura vous aider à connaître le succès sur Amazon plus rapidement que d’autres,
Alors, c’est parti !

A qui est destiné ce guide ?

Si vous vous intéressez au e-commerce depuis longtemps, vous savez qu’il existe différentes formes de commerce électronique.
Pour faire simple et rapide - les différences entre les modèles d’e-commerce sont déterminées par :

  • Quel produit vous vendez (est-ce que vous revendez des produits déjà utilisés rachetés à prix cassé ou faites-vous fabriquer un produit que vous vendez ensuite de façon massive ?)
  • Où vous vendez ce produit (vendez-vous sur une plateforme tierce comme Amazon ou avez-vous votre propre magasin Shopify ?)

Si vous souhaitez gagner plus que le revenu moyen et pas seulement améliorer vos fins de mois, vous pouvez immédiatement éliminer les modèles de e-commerce à faible marge tels que le dropshipping et l’arbitrage.
Cela ne veut cependant pas dire que ces modèles n’ont aucune valeur. Nous connaissons BEAUCOUP de vendeurs aujourd’hui prospères qui ont commencé par le dropshipping.

ETAPE 1 : QU’EST-CE QUI FAIT UN BON PRODUIT ?

Pourquoi la majorité des gens échouent ?

Tout d’abord, il faut savoir que les ventes d’e-commerce dans le monde ont augmenté à une allure phénoménale de l’ordre de 25% par an. Cette croissance a notamment permis à Amazon d’acquérir une valeur de plus d’1 milliard de dollars (avec plus de la moitié de leurs ventes de produits physiques provenant de vendeur tiers indépendants, comme vous dans le futur).
Ces chiffres prouvent qu’il n’y a jamais eu un meilleur moment pour se lancer dans un e-commerce rentable en partant de rien, que ce soit via Amazon ou en étant soi-même vendeur.
Pourtant, la majorité des gens qui cherchent à monter leur e-commerce n’arriveront même pas à trouver le bon produit à vendre…
Voilà pourquoi :

  • L'obsession du « produit parfait » : beaucoup de gens restent bloqués à chercher ce produit parfait, et ne se lancent donc jamais. En réalité, on ne peut pas vraiment parler de produit parfait. Tous les produits ont du potentiel, mais aussi et surtout des difficultés ou des désavantages qu’il faut surmonter, avec à la clé du profit, des bénéfices.
    Dans ce guide, vous obtiendrez une réelle compréhension de ce qui influe sur la rentabilité du produit (et ce qui fait finalement qu’un produit est un bon produit). Comme vous le verrez, la rentabilité d’un produit change au fil du temps, et chaque produit a ses pour et ses contre.
    Votre travail sera de trouver n’importe quel produit rentable et de vous lancer avec, puis de faire croître votre business à partir de ça.
  • La surcharge d’information : trop lire, trop apprendre et trop d’informations mènent à la confusion et un manque de confiance en soi, qui fait croire que tout le monde l’a fait et l’a compris sauf vous.
    Apprendre seulement n’est pas une activité productive, car rien n’est produit. Ce qui est productif, c’est de mettre en place ce que vous apprenez car c’est le meilleur moyen de réussir.
    Ceux qui mettent en place le plus (aussi brouillon que cela puisse être) sont généralement ceux qui réussissent le mieux. Et ceux qui apprennent le plus sont ceux qui en retirent le plus un sentiment d’inégalité. N’attendez pas de tout savoir pour vous lancer, il faut trouver l’équilibre entre la part de connaissances nécessaires et la part de mise en œuvre et d’apprentissage via l’expérience.
  • Réfléchir à une trop grande échelle : beaucoup de gens se posent en première question : « est-ce que je devrais plutôt vendre des accessoires pour IPhone, ou peut-être des produits pour animaux de compagnie, ou encore des outils ? ». Cette démarche n’est pas la bonne et c’est penser selon une échelle trop large que de se poser cette question !
    Ce que nous cherchons premièrement, c’est UN produit, qui puisse être rentable à la vente et non une catégorie de produits, ou  tout un marché de niche, juste UN produit.
    Une fois que nous aurons trouvé ce premier produit, alors nous pourrons penser à un second, et ainsi de suite.
    Quand on débute tout juste, c’est facile de s’emporter et de planifier tout le futur de la société qu’on essaye de lancer. Pourtant, il vaut mieux chaque jour tenter d’accomplir une étape de plus sur le chemin qui mènera l’entreprise à sa réussite. Cette réussite se construit petit à petit plutôt qu’en une fois.
    Un peu plus tard, une fois que vous aurez un certain nombre de produits en vente, et que ceux-ci généreront du profit, vous aurez l’opportunité d’analyser et d’optimiser votre catalogue produits, en remplaçant ceux réalisant le moins de bénéfices par de nouveaux (selon les opportunités qui se présentent), et en consolidant vos ventes de ceux qui marchent le mieux (une possibilité est d’élargir les marques proposées, les modèles, etc.).
  • Suivre la masse : Vous n’avez pas envie de suivre la même méthodologie que tout le monde. Et il n’y pas non plus de système d’analyse qui réponde binairement Oui/Non ce produit là sera profitable et pas tel autre. Beaucoup de vendeurs de logiciels essayent pourtant de répondre de façon binaire à la question de la profitabilité (comme Viral Launch par exemple) et partagent donc certaines fonctionnalités.
  • Le manque d’adresse à anticiper et à estimer certains aspects du commerce : Beaucoup de personnes qui se lancent dans ce type de commerce se bornent à comparer les prix entre Alibaba et Amazon, et ne vont pas plus loin. Après avoir lu ce guide et avec un peu d’expérience, vous serez capable de réaliser des prévisions, et d’obtenir des estimations correctes de données comme vos marges, vos coûts d’envois, vos profits par commande, et beaucoup d’autres variables importantes pour gérer son business.
    Equipé de votre capacité à estimer et à prévoir toutes ces informations, vous serez enfin assez confiant en votre propre sélection de produits pour aller de l’avant et sauter le pas.

Maintenant que vous avez les informations sur ce qu’il ne faut pas faire, nous allons aborder ce qu’il faut faire pour réussir.

Les paramètres primaires de nos produits

Certains critères sont essentiels, et ils consisteront en un premier filtre que vous appliquerez lors de votre recherche de produits.
Laissez moi donc vous expliquer plus en détails :

  • Petit, léger, et simple à transporter.
    Plus le produit est gros et lourd, plus cher coûtera l’envoi. Et de manière générale, la livraison est la deuxième plus grosse dépense dans ce genre de commerce. Vous devez aussi éviter les produits fragiles, et ceux dont beaucoup de parties bougent/ne sont pas fixes. En effet, plus un produit est complexe, plus il est susceptible d’avoir des défauts, ou d’être abîmé lors de l’envoi et donc de vous être renvoyé. Le but est d’éviter ça.
  • Choisir des produits dont le prix de vente se situe entre 15 et 100 euros, idéalement 20 à 75.
    En effet, n’importe quel produit dont le prix de vente est inférieur à 15€ est souvent synonyme d’une marge très réduite après avoir payé les charges. Donc, si vous commencez tout juste et que vous voulez quand même gagner un minimum d’argent, vous pouvez éliminer d’office les produits qui se vendent pour moins de 15€.
    D’un autre côté, plus un produit est cher, plus cela vous coûtera de vous lancer dans la vente de celui-ci (coûts d’inventaire et de stockage notamment). Selon nous, il n’y a pas vraiment de limite haute, mais il faut garder en tête que, pour avoir une très grossière idée de l’investissement nécessaire avant de faire du profit, vous pouvez ajouter 2 zéros au prix de vente de votre produit.
    En définitive, un produit qu’on vend à 15€ nécessitera 1500€ d’investissement avant de devenir rentable, alors qu’un produit coûtant 50€ nécessitera 5000€ d’investissement (grossièrement).
  • Produit rentable et usage efficace du capital.
    Lorsque vous vous lancez dans ce genre d’entreprise, ce que vous voulez bien évidemment, ce sont des produits qui sont rentables (avec une marge confortable), et qui représente un bon usage du capital (donc avec un bon retour sur investissement).
    Quand vous commencez, vous pouvez simplifier ces notions en utilisant ce que nous appellerons la règle des « fois 3 » - peu importe le prix du produit, vous devez chercher à le vendre 3 fois son coût de revient.
    Nous continuerons d’utiliser la marge et le retour sur investissement pour comparer nos produits (et trouver la meilleure opportunité sur laquelle investir), mais la règle des « fois 3 » est utile et simple à retenir.
    De plus, souvenez-vous que les marges augmentent au fil du temps. Parfois, vous pourrez seulement rentrer dans vos frais sur des produits très compétitifs, ce qui vous permettra malgré tout de capter une nouvelle clientèle et donc de créer une nouvelle source de revenus. Vous pourrez après le lancement de ce produit optimiser votre manière de travailler pour réduire vos coûts et donc augmenter votre marge.

Autres concepts que vous devez connaître

  • Comprendre le concept de Cycle de Vie du Produit :
    Un produit a ce que l’on appelle un cycle de vie, durant lequel il passe par plusieurs étapes. Ces étapes possèdent différentes caractéristiques. Par exemple, un produit en phase de développement (cette étape concerne les entreprises qui ont une section Recherche & Développement) est très coûteux et ne dégage pas encore de bénéfice. A l’inverse, un produit en phase de maturité coûte peu cher et dégage beaucoup plus de marge que lors des autres phases. Chaque étape dans le cycle de vie correspond également à un niveau de croissance différent : faible – moyen – élevé – décroissant.

cycle de vie produit

 

  • N’ayez pas peur de la concurrence
    Personne ne réussit dans le commerce en ignorant la concurrence. Pourtant pour beaucoup de personnes c’est la première préoccupation quand il étudie les produits. Vous ne pouvez pas vous lancer dans le processus de construction d’une entreprise avec un état d’esprit dans lequel vous avez peur de votre concurrence. Vous devez vous forger un état d’esprit combattif qui vous poussera à vous surpasser.
    Soyez enthousiaste à l’idée des produits que vous allez dénicher, et ne sous-estimez jamais votre faculté à améliorer vos produits pour vos clients au fil du temps. Ce n’est que le début de votre aventure !
    La seule chose dont il vous faudra avoir peur est un manque de compétition. Sauf exception, cela signifie un marché mort qui ne mérite dès lors plus votre temps ni votre attention.
    Le but, à l’aide des méthodes que vous allez découvrir, est de trouver rapidement des produits qui se développent et qui sont encore « jeunes » dans leur cycle de vie, puis de vous mettre à les vendre alors que la demande augmente afin de vous faire une place sur le marché.
  • Vous devez ajouter de la valeur
    Quand vous commencez, vous ne devez pas dès le début personnaliser votre produit. Vous pouvez bien évidemment placer un logo ou une phrase d’accroche, mais pas changer ou personnaliser le produit en lui-même. De la même façon, ne rajoutez pas d’emballage coûteux ni de bonus ou « pack » de produits. Vous pourrez faire tout ça une fois que vous aurez déjà entamé les ventes et que tout fonctionnera comme il faut.
    L’astuce pour se lancer, encore une fois, c’est de trouver un produit avec une demande croissante, et donc de croître avec/grâce à cette demande. Ceci vous permet de commencer avec un produit relativement simple, sans avoir à le modifier. Puis avec chaque nouvelle commande, il vous faudra toujours ajouter de la valeur selon ce que les clients peuvent exprimer et selon les données récoltées (performance de tel produit par rapport à tel autre, performance de votre entreprise par rapport à vos principaux concurrents, etc.).
    Une bonne manière de faire est tout simplement… de vendre un produit qui nous passionne ! 80% des gens qui font du commerce en ligne ne sont pas réellement intéressés par leur(s) produit(s), et les considèrent uniquement comme un moyen de se faire de l’argent. Cependant, les vendeurs qui se passionnent pour leur(s) produit(s) ou qui font l’effort de s’y intéresser, sont dès lors bien plus en phase avec les consommateurs, leurs attentes et leurs besoins, qu’ils finissent par pouvoir y répondre de manière efficace et donc peuvent influencer le marché et dominer leurs concurrents. En plus de ça, ils s’amusent en le faisant, ce qui soit dit en passant n’est pas un moindre bien.

Si vous avez déjà lu jusqu’ici, vous êtes mieux préparés que la majorité des gens qui se lancent dans la vente en ligne. Ces concepts sont très importants, et ceux qui les comprennent et les assimilent l’emporteront sur les autres.

Concepts de sélection avancés pour les produits

Au risque de parler de choses un peu complexes, voici quelques autres concepts à comprendre et à prendre en compte lorsque vous lancez votre activité.

  • Trop de ventes est encore pire que pas assez
    Il y a un bon créneau pour les ventes, qui est définit par une limite basse mais également une limite haute.
    Trop peu de ventes signifient que vous n’allez juste pas engranger beaucoup de chiffre d’affaires. Vous aurez sûrement une bonne marge par produit, mais vous ne vendrez pas beaucoup de volumes. Pour augmenter vos revenues, il faudra diversifier vos produits, ce qui n’est pas top, mais pas non plus si mal.
    A l’inverse, trop de ventes signifient que vous n’allez pas réussir à gérer toute la demande. Vous aurez donc besoin d’un investissement plus important (via le capital) pour répondre à votre demande et vous finirez par devoir stocker des produits constamment, peut-être même cumuler des dettes (relatives à l’apport nécessaire en capital), et vous ne serez plus en mesure de suivre l’évolution du produit car coincé à cause de vos stocks.
    Encore une fois, l’astuce est de trouver un produit qui ne soit pas encore arrivé à maturité de son cycle de vie, vous permettant de grossir en même temps que sa demande croît.
  • Choisir des produits avec peu d’avis, mais également un nombre moyen d’avis faible
    Tout d’abord, il ne faut pas choisir un produit qui ait déjà un grand nombre d’avis, car cela signifie qu’il est déjà avancé dans son cycle de vie (donc pas forcément une bonne opportunité). Ainsi, si le produit a « trop » d’avis, vous arrivez un peu tard pour vous lancer dans sa commercialisation, et s’il n’en a « pas assez », c’est l’inverse. Nous en reparlerons plus loin dans ce guide.
  • C’est un processus de comparaison
    Si vous ne faites que cliquer à droite à gauche pour trouver le parfait produit à vendre, vous allez vous rendre fou et vous faire échouer.
    Amazon nous permet d’avoir des données extrêmement précises sur la potentielle rentabilité d’un produit, alors utilisez-les !
    La clé pour des recherches efficaces, est de regarder uniquement les données qui comptent. Utilisez ces données pour estimer les évolutions futures des produits et comparer les performances de chacun.

Bon, vous venez d’avoir votre premier cours sur la recherche produits & les concepts de sélection. Il est temps maintenant de rentrer dans le concret et d’apprendre comment effectuer cette recherche et sélection des produits.

ETAPE 2 : FAIRE UN BRAINSTORMING POUR TROUVER LES PRODUITS A EVALUER

Vous savez maintenant ce qui fait un bon produit pour un nouveau vendeur.
Dans la prochaine section, nous allons aborder la comparaison des produits en elle-même et le processus de sélection. Mais avant, il faut que nous pensions à des produits à chercher et à évaluer via ce processus de sélection !

Nos méthodes de brainstorming favorites

A cette étape, on ne parle pas encore de prix et de rentabilité. On cherche juste à trouver des produits à haut potentiel et on garde pour plus tard la partie où on vérifie et compare leur potentielle rentabilité.
Il n’y a pas de bonne ou de mauvaise méthode pour chercher des produits. La plupart des gens commencent par y aller au hasard, en cherchant des produits qui vont attirer leur attention. Et il arrive que ça marche !
Mais nous allons vous proposer une meilleure méthode.
Voici différentes méthodes de brainstorming que nous recommandons pour cette étape :

  • Passions, Intérêts, Hobbies et Problèmes
    On peut la rapprocher de la méthode évoquée plus haut qui consiste à chercher au hasard des produits qui retiennent l’œil, mais cette méthode est malgré tout beaucoup plus centrée sur des produits à partir desquelles vous pouvez vraiment monter une affaire.
    L’idée ici est d’identifier certaines des moins évidentes opportunités, que vous pourrez vendre mieux que la majorité de vos concurrents. Les produits qui rentrent dans ces catégories sont aussi ceux sur lesquels vous pourrez faire le plus de marge, car il y aura moins d’offres sur le marché.
    Donc pensez à ce qui vous passionne, à vos centres d’intérêts, et à vos hobbies. Pensez à des produits sympas que vous avez pu voir récemment. Et surtout, n’oubliez pas de les noter !
    Une autre piste d’exploration consiste à explorer les sources de douleur, de problème. La plupart des produits sur Amazon sont achetés par quelqu’un qui cherche à résoudre un problème. Donc à chaque fois que vous entendez une plainte à propos d’un problème, ou d’une douleur, pensez à comment quelqu’un voulant régler ce problème ira le transcrire en recherche sur Amazon.
    Exemple : Monsieur X a mal au genou en faisant du volley, la recherche se transcrira en genouillère volley.
  • La chasse aux tendances
    L’idée, c’est de dénicher les produits « tendances » à venir. Il y a quelques bonnes sources pour les trouver, mais beaucoup d’autres qui représentent juste une perte de temps. A part ça, pas grand-chose à expliquer, explorer des sources aussi fiables que possible et chercher des produits qui vous tapent dans l’œil (et qui remplissent nos critères de paramètres comme expliqué plus haut).
    Voici une liste non exhaustive de sources que nous considérons fiables pour dénicher un futur produit tendance :

  • Toutes les méthodes Amazon :
    Vous entendrez régulièrement des gens recommander la liste des Best Sellers d’Amazon pour trouver de potentiels produits à rechercher. Or ce n’est pas la meilleure des choses à faire pour de nouveaux vendeurs. Si vous comptez passer du temps à explorer les produits proposés dans le catalogue Amazon, assurez vous d’être dans la section des « Movers and Shakers »  ou des « Hot New Releases », qui correspondent respectivement aux produits qui ont gagné le plus de places dans le classement des ventes au cours des dernières 24 heures et aux produits les plus vendus parmi les nouvelles et futures sorties.
    Ce n’est pas notre méthode de recherche préférée, mais ça peut marcher et vous pouvez trouver de bonnes idées de produit.
  • Espionner d’autres vendeurs :
    Cette méthode peut paraître comme la plus attractive et la plus efficace, mais nous préférons vous prévenir, nous ne recommandons pas de suivre aveuglément ce que font d’autres vendeurs et de vendre n’importe quel produit qu’eux-mêmes vendent. C’est la meilleure façon de rester toujours derrière à essayer de rattraper ceux qui sont vraiment précurseurs.
    Cependant il est vrai que l’idée de surveiller la concurrence et voir dans quels produits elle investit est parfois un bon moyen de dénicher des pépites et de savoir comment se différencier.

Maintenant que nous vous avons expliqué ça, voilà comment espionner sa concurrence :

    • Espionner les produits présents sur les annonces payantes :
      Produits annonces Amazon
      Ces annonces sur Amazon peuvent vous indiquer qui fait vraiment des affaires et dégage du bénéfice.
      Pour qu’un vendeur se permette de mettre en avant ses produits via ces annonces, il faut qu’il ait assez de marge et de volume de vente pour couvrir tout les coûts basiques (coûts de stockage, frais annexes, etc.), mais aussi pour payer les dépenses liées au marketing (donc le coût de l’annonce). Tout ça en continuant de faire du profit.
      C’est donc tout à fait le genre de produits que vous devriez vendre.
      Sachant que les produits présents sur les annonces payantes vous montrent lesquels font de bonnes marges, ils peuvent être une bonne source d’inspiration pour trouver de bonnes idées de produits à vendre.
    • Espionner les lancements de produits de la part des autres vendeurs :
      Cette méthode là est un peu moins classe, et ennuiera sans doute certaines personnes. Mais l’idée est de vous donner les meilleures chances de réussite, même si cela signifie parfois d’irriter quelqu’un d’autre.
      A savoir, les produits que lancent les autres vendeurs en ligne sont ceux dans lesquels ils investissent, donc des produits en lesquels ils croient pour devenir une source rentable de bénéfices dans les années à venir.
      Pour rentrer encore un peu plus dans les détails, beaucoup de vendeurs qui utilisent Amazon comme plateforme et qui sont présents sur les catégories de produits les plus concurrentielles se servent des « cadeaux » (ils offrent des produits sur une certaine période) et des campagnes de lancement pour faire monter le nombre d’« unités vendues » sur la plateforme. Résultat : Amazon analyse les chiffres de vente et classe dès lors ces produits comme de très bons vendeurs, ce qui l’amène à les présenter plus souvent aux clients qui visitent le site.
      Pour résumer, en simulant une augmentation des ventes (qui n’en est pas vraiment une puisque les produits sont offerts ou vendus très au rabais), le « score » dira-t-on de votre produit augmente sur Amazon, ce qui amène la plateforme à le mettre plus en avant. Dès lors, vos « vraies » ventes augmentent.
      Ce que vous pouvez faire, c’est vous inscrire en tant que client/acheteur auprès des services de lancement qu’utilisent ces vendeurs. De cette façon vous verrez les produits sur lesquels ils sont prêt à parier et à investir pour obtenir un bon classement sur Amazon.
      Certains de ces services ne vous demanderont même pas de vous inscrire, vous aurez juste à aller sur leur site et à voir quels produits sont en train d’être lancés.

Il y a beaucoup d’autres façons d’espionner la concurrence, et beaucoup d’autres sites de lancement de produit qui sont disponibles. Mais vous avez au moins une base sur laquelle avancer.

  • Dernier conseil pour cette partie, passez du temps à utiliser toutes les méthodes décrites plus tôt, et essayer d’en sortir avec une bonne dizaine d’idées (ou plus !) pour chaque. Cela vous permettra de sortir de votre veille informationnelle avec plusieurs dizaines d’idées potentielles, que vous allez utiliser pour la suite du processus afin de sélectionner les meilleures.

ETAPE 3 : UTILISER LES DONNÉES DE L’HISTORIQUE DES VENTES POUR PRÉVOIR LA RENTABILITÉ FUTURE D’UN PRODUIT

Ça pourrait paraître compliqué, mais en fait c’est assez simple.
Vous allez commencer par utiliser des outils assez simples pour trouver quelques chiffres sur les ventes de chaque produit. Vous composerez également une fiche de calcul dans laquelle vous reporterez ces chiffres.
Vous utiliserez ensuite des formules qui vous permettront d’exploiter vos données, puis de prévoir comment les performances de chaque produit. Vous pourrez estimer de façon très précise ces performances en termes de volume de ventes, de rentabilité, et même combien la première commande vous coûtera (et combien de bénéfices vous en dégagerez après avoir tout vendu).
Après avoir obtenu toutes ces informations, vous serez capable de rapidement comparer de grosses quantités d’un produit comparé à un autre. Vous pourrez traduire les données de l’historique des ventes d’Amazon en une histoire, un résumé compréhensible, qui vous décrira comment chaque produit se vendra dans la réalité des affaires.
Ça peut paraître presque trop facile, mais vous verrez que c’est comme ça que fait la majorité des vendeurs qui réussissent, et ça marche !

Les seuls outils dont vous avez besoin

Vous avez ici besoin d’uniquement 2 outils :

  • La feuille de calcul excel que vous avez commencé à remplir
  • Notre préférence va à Market Intelligence de Viral Launch, avec lequel vous avez une période d’essai gratuite
    • Mais vous pouvez également utiliser un autre outil similaire comme  Jungle Scoot.

COMMENT MENER VOTRE RECHERCHE DE PRODUIT

La première étape est de sortir, à partir d’Amazon et en utilisant votre outil de recherche produit, les données et les chiffres qui vont vous intéresser, à savoir entre autres le nombre moyen d’unités vendues, le revenue moyen, le prix moyen, et la note moyenne attribuée par les clients.
2 choses importantes à préciser quand vous vous plongez là-dedans :

  • La méthodologie complète proposée dans ce guide vise à faire de vous l’un des 10 meilleurs vendeurs Amazon pour un produit choisi.
  • En conséquence, lorsqu’on utilise ces outils, on ne cherche pas à trouver les données pour n’importe quel produit. On regarde plutôt les données concernant les 10 meilleurs produits listés pour tel ou tel mot clé.

Ça nous montre les performances moyennes pour un produit présent dans le top 10, et ça nous donne une idée plus fiable de quelles pourront être les performances commerciales de notre produit. C’est plus fiable que des données individuelles car les données concernant certains produits peuvent être faussées par de la promotion externe, l’achat de bannières publicitaires (sur Amazon comme ailleurs), une campagne de baisse de prix ponctuelle, etc.

Pourquoi on divise les recherches en 3 étapes

L’idée derrière cette division en étapes, c’est de gagner du temps. Ainsi, on filtre les mauvais produits le plus vite possible, pour éviter de perdre du temps à faire des recherches sur ceux-ci.
En remplissant continuellement votre fiche de calcul et vos outils avec les données collectées, et en éliminant les produits qui ne remplissent pas les critères au fur et à mesure, vous économisez des heures et des heures de travail et de réflexion sur ces produits.
Ainsi, vous commencerez par chercher les produits retenus sur Amazon, que vous analyserez ensuite grâce au logiciel outil que vous aurez choisi au préalable. Vous reporterez ensuite les données que cet outil vous donnera dans votre fiche de calcul.

 

PHASE 1 : LA VIABILITE DU PRODUIT

Les données dont nous avons besoin pour cette étape sont celles que vous récupérerez sur l’outil (vous aurez par exemple le nombre moyen d’unités vendues, le bénéfice moyen enregistré, le prix moyen, etc.). L’outil effectuera également une première salve de calcul qui vous donnera également des données comme le taux de conversion, le revenu par avis (à combien de bénéfice équivaut un commentaire sur tel produit), etc.
A partir de ces premiers chiffres et de ces analyses, vous pouvez déjà mettre de côté les plus mauvais produits, et utilisez votre temps à meilleur escient (à savoir se concentrer sur les bons produits).
Il y a quelques aspects sur lesquels vous devez vous concentrer avant de passer à l’étape 2 :

  • Le prix moyen : il vous montre combien chacun des 10 meilleurs vendeurs de ce produit sur Amazon vendent ce produit. La plupart du temps, vous placerez votre prix légèrement au-dessus de cette moyenne.
  • Le volume des ventes moyen et le bénéfice moyen : on l’a évoqué plus haut, faire beaucoup (trop) de ventes n’est pas un atout mais une menace pour les nouveaux vendeurs. Ce qu’on cherche, c’est LA bonne opportunité, un produit qu’on peut commencer à vendre avec un budget initial modeste, qui nous permette de dégager du bénéfice rapidement, et avec lequel on puisse ensuite grandir parallèlement au marché.
  • Le nombre moyen d’avis : cette donnée vous indique combien d’avis a le vendeur moyen du top 10. Ça vous donne une idée grossière du nombre d’avis qu’il faudra à votre produit pour que vous soyez considéré comme l’un des leaders du marché par les nouveaux clients.
  • Ventes / Chiffre d’affaires par commentaire : Ce sont des variables qui sont assez sympas à utiliser. Les deux vous montrent globalement la même chose, à savoir combien de ventes (ou combien de chiffre d’affaires) se font les vendeurs pour chaque avis/commentaire posté sur leur produit.
    En vous servant des variables couplées au nombre moyen de commentaire par produit, vous pourrez avoir une idée (parfois vague) d’où en est le produit dans son cycle de vie. Un produit avec un nombre moyen de commentaires faible, mais un chiffre d’affaires/nombre de ventes par commentaire moyen élevé signifie que le produit est relativement nouveau, a encore peu d’avis/commentaires, donc qu’il n’y a pas encore de leader sur le marché et qu’il y a encore beaucoup de ventes et d’argent à faire.
    C’est tout à fait le genre de produits qu’on veut vendre !

En utilisant les règles décrites ci-dessus, vous devriez avoir éliminer la majorité des produits que vous aviez retenus à l’issue de votre brainstorming. Et c’est une bonne chose, vous gagnerez d’autant plus de temps par la suite, et nous pouvons maintenant passer à l’étape 2.

PHASE 2 : LA RENTABILITE DU PRODUIT

Maintenant, vous allez simplement récupérer 3 données pour chaque produit qui a passé la première étape. Avec ces 3 données et celles que vous avez utilisées dans l’étape précédentes, vous serez capable d’éliminer tout produit qui ne serait pas rentable (ou pas assez) pour vous aider à lancer votre affaire.

Vous aurez donc besoin de :

  • Le prix de vente souhaité
    Les nouveaux vendeurs ne devraient pas chercher à vendre des produits bas de gamme à un prix très bas. L’idéal, et dans la majorité des cas, c’est de vendre votre produit à un prix légèrement plus élevé que le prix moyen des 10 meilleurs vendeurs pour ce produit (prix moyen que nous avons calculé dans l’étape 1). Pour envisager différents cas possibles, vous pouvez faire vos estimations à partir de l’étape 2 et pour la suite en utilisant 2 prix de vente (le vôtre) possible, l’un étant celui légèrement plus élevé que le prix de vente moyen (pour le meilleur des cas), l’autre étant le prix moyen lui-même (dans le pire des cas). De cette façon, vous pourrez voir à quoi ressemblera la rentabilité du produit dans les 2 cas, ce qui est plus réaliste, et qui vous permettra également de choisir si vous gardez ce produit ou pas.
    Le prix de vente souhaité, c’est pour combien vous souhaitez vendre ce produit.
    Si vous êtes un nouveau vendeur, ajoutez généralement 20% au prix moyen pratiqué par les 10 meilleurs vendeurs et passez à la suite.
  • L’estimation du coût de Amazon FBA 
    Amazon FBA, c’est le service d’Amazon qui s’occupe de stocker puis d’envoyer vos produits, avec en prime d’autres services comme la gestion des retours, l’emballage, etc.
    Il faut savoir que la deuxième plus grosse source de dépenses dans la vente en ligne, c’est l’envoi des produits, à la fois lorsque vous faites venir vos produits de chez votre fournisseur, et quand vous les envoyez ensuite chez vos clients. C’est une source de dépense assez dur à estimer, mais nous allons vous montrer comment avoir des estimations très précises de ce que votre produit vous coûtera en transports.
    Tout ce que vous avez à faire c’est :

    • Rechercher votre produit sur Amazon
    • Récupérer le code ASNI (Amazon Standard Numéro d’Identification), à savoir qu’1 ASNI est attribué à chaque produit. Récupérez-en 2 ou 3.

Code ASNI produit

    • Copiez cet ASNI dans le calculateur d’Amazon FBA en indiquant n’importe quel prix du produit pour voir ce que vous coûtera vraiment la réalisation de la commande avec ce produit.
    • Intégrez dans votre feuille de calcul le coût total de Amazon FBA pour le produit.
    • Vous avez maintenant une estimation très précise de ce que vous coûtera une commande (avec livraison) via Amazon FBA, et ce pour chaque produit.
  • L’estimation du coût FOB du produit 
    La prochaine étape est d’estimer le prix que le produit lui-même va nous coûter, pour chaque unité achetée chez le fournisseur.
    On va donc utiliser Alibaba pour chercher notre produit et obtenir une rapide estimation du coût FOB. On avait déjà regardé ce qui était disponible sur Amazon pour ce produit, maintenant on regarde ce qui est disponible de la part de fournisseurs venant du monde entier.

Produits Alibaba

Vous avez ici les coûts FOB pour ces produits. Faites défiler pendant 2/3 minutes ce que les différents fournisseurs affichent comme tarifs, puis tirez-en une estimation du coût FOB pour ce produit.

Si vous n’avez pas confiance dans vos talents d’estimateur, gardez à l’esprit qu’il s’agit juste d’un processus de comparaison. Que vous sous-estimiez ou surestimiez les coûts lors de vos recherches (si cela reste raisonnable bien sûr) n’aura pas beaucoup d’influence, puisqu’au final vous allez comparer les différents produits et ne retenir que celui (ou ceux) qui sort vraiment du lot.

Vous avez maintenant toutes les données dont vous avez besoin pour calculer de façon automatique des estimations très précises (celles dont on vous parle depuis le début !).

PHASE 3 : ESTIMATIONS DES COMMANDES

A partir de là, il est temps de comparer la rentabilité des produits pour ne garder que les meilleurs.
La partie de votre fiche de calcul qui va nous intéresser pour cette étape devrait ressembler à ça :

sélection des produits

De cette façon, on peut voir à la fois le profit unitaire et la marge brute (à calculer en pourcentage) pour chaque produit. Cela nous montre également le plus petit résultat possible (à partir du prix moyen que nous avions calculé à l’étape 1), ainsi que le meilleur résultat possible auquel on peut s’attendre (calculé à partir du prix unitaire idéal calculé lors de l’étape 2).
Ce qui fait que les données ici sont exprimées en « brut » est qu’il nous manque encore une dépense importante, le transport de notre fournisseur jusqu’aux entrepôts Amazon (ou autre endroit si vous n’avez pas opté pour l’utilisation d’Amazon FBA). On récupèrera cette donnée à la prochaine étape, mais encore une fois uniquement pour les produits qui auront passé l’étape de la rentabilité.

Pour faire très simple sur cette étape, on va éliminer tous les produits dont le profit unitaire est inférieur à 5€ ou dont le taux de marge brute est inférieur à 30%. Tout simplement, lorsque vous vous lancez dans cette aventure, ces produits là ne généreront pas assez de bénéfices.
Il faut chercher les produits dont le profit unitaire est supérieur à 8€ et le taux de marge brute supérieur à 40%, sachant que plus ces données là sont hautes, mieux c’est.

Comment prévoir les coûts des produits et le bénéfice

A partir de là, vous allez comprendre pourquoi on ne cesse d’insister sur la rapidité et l’efficacité dans la démarche, et pourquoi nous avons préféré diviser celle-ci en 3 étapes.
Ça prend beaucoup (beaucoup) de temps, et la priorité n’est pas de passer des heures à chercher et à calculer des données pour des produits qu’on ne gardera finalement pas.
Heureusement, on rentre dans ce qui est sans doute la plus rapide étape (et sans doute la plus sympa aussi).
Il n’y a que 2 données dont vous ayez besoin ici, et que vous allez inclure dans votre feuille de calcul :

sélection produits

Comment les obtenir ?

Le poids unitaire : vous pouvez l’obtenir de la même façon dont vous avez obtenu les frais relatifs à Amazon FBA plus tôt. Sachant qu’Amazon s’occupe de la livraison de ce produit pour les vendeurs actuels, vous savez que vous aurez accès au vrai poids lors de l’envoi.
Encore une fois, servez vous du calculateur d’Amazon FBA, collez-y le ASNI (ASIN en anglais, déjà évoqué plus haut) que vous aurez récupéré au préalable, et le calculateur vous donnera le poids d’envoi. C’est pour ce poids là que les vendeurs actuels sur Amazon payent l’entreprise pour leurs envois, vous pouvez donc considérer la donnée comme étant exacte.

Taux de taxation : c’est le dernier chiffre que vous aurez à reporter dans votre feuille de calcul. Tous les guides que vous pourrez trouver ne prennent pas forcément en compte cette donnée, mais nous si. Nous allons d’abord vous présenter une méthode rapide d’estimer les taux de taxation, et une fois que vous les aurez, vous aurez fini de calculer toutes les variables prédictibles et vous aurez une idée du coût de monter votre affaire pour chaque produit différent.
Vous n’aurez donc plus aucune excuse pour ne pas vous lancer !

Il existe 2 sites que vous pouvez utiliser pour estimer les taux de taxation :

En fait, il va vous falloir chercher dans ces 2 sites (il se peut que vous en trouviez d’autres qui puissent vous donner le taux de taxation) pour trouver une section qui parle du produit que vous voulez importer. Une fois que vous aurez trouvé le HS code de votre produit, retrouvez le taux de taxation et copiez la valeur dans votre feuille de calcul.
Pour certains produits, ce sera facile à trouver et vous n’aurez pas à chercher longtemps, tandis que ce sera l’inverse pour d’autres. Il vous faudra parfois résumer un article à sa catégorie si votre produit possède une appellation « trop » poussée. Par exemple, vous chercherez le HS code des pneus si celui que vous importez est un pneu cross spécial désigné pour tel ou tel revêtement, etc.
Vous avez maintenant assez d’informations pour estimer et prévoir un certain nombre de futures commandes, leur coût, et leur rentabilité.
D’autres lignes de calcul peuvent être incluses dans votre feuille de calcul pour calculer des données intéressantes (à partir des informations déjà collectées) :

  • Quantité de commande : beaucoup de nouveaux vendeurs commenceront avec un premier test, souvent de 100 unités. Une fois que vous aurez vendu ces 100 unités, vous pourrez commander de plus grosses quantités pour coller aux ventes (qui devraient augmenter si le produit a été bien sélectionné).
    Certaines formules peuvent être utilisées à partir du nombre moyen d’unités vendues (information collectée plus tôt dans le processus), pour calculer combien d’unités commander sur les premières commandes de son parcours.
  • Estimation du coût de l’envoi : il peut être utile de calculer le coût de l’envoi selon différentes méthodes. Ainsi, un nouveau vendeur opte généralement pour une méthode de livraison dite « express », alors qu’un vendeur qui a commencé à vendre de plus grandes quantités et est un peu expérimenté se dirige ensuite vers des envois souvent moins coûteux, par voie aérienne ou même par bateaux.
    Cette donnée est calculée à partir du poids (donnée déjà récupérée également) du produit.
  • Coût total d’une commande : votre feuille de calcul doit normalement connaître à ce stade :
    • Combien d’unités vous allez avoir en stock
    • Combien ce stock va vous coûter
    • Combien cela vous coûtera d’envoyer ce stock dans votre entrepôt (Amazon FBA)
    • Combien vous paierez en frais pour chaque unité vendue (paiement à Amazon pour la livraison et gestion des commandes)

Et maintenant les données que n’importe quel vendeur calculera, et donc vous aussi :

  • Le revenu net : c’est le revenu, donc la somme d’argent que vous recevrez d’Amazon après une commande.
  • Le bénéfice total : ça, c’est le réel bénéfice que vous allez en tirer après avoir payé pour TOUTES vos dépenses (envoi, stockage, manutention, importation, frais de commission, etc.)
  • Le bénéfice net unitaire : comme le bénéfice total, mais exprimé pour une unité du produit vendu. Ça vous permettra par exemple de voir comment change ce que vous gagnez par produit lorsque vous variez les quantités commandées par commande (de plus grosses quantités en 1 commande reviennent généralement à des frais unitaires plus faibles par exemple).
  • Le retour sur investissement : il vous montre comment placer votre capital de manière efficace. Il deviendra vraiment utile une fois que vous aurez plusieurs produits en vente, pour savoir sur lequel vous devriez investir pour en dégager un bénéfice plus important.

ETAPE FINALE : COMMENT CHOISIR SON PRODUIT

Vous avez maintenant fait plus de recherches que la plupart des autres vendeurs n’en feront jamais. Vous avez toutes les informations utiles dont vous pourriez avoir besoin, et vous avez normalement éliminé les informations parasites qui ne serviraient pas dans la prise de décision. Il faut maintenant que vous compariez tous les produits que vous avez gardé jusqu’ici, pour sélectionner le gagnant parmi les gagnants. Certains produits vont s’éliminer d’eux-mêmes. Lorsque vous jetterez un œil sur vos données, vous vous rendrez comptez que parmi les produits sélectionnés, certains nécessitent un stock important (trop important comparé aux autres), ou dégagent un bénéfice unitaire trop faible. Mais ce n’est pas un problème, parce qu’il y en a forcément un parmi tout ceux-là que vous pouvez utiliser pour lancer votre affaire. Prenez le temps de les comparer, et choisissez celui qui remplit tous les critères fixés.

Posez-vous les dernières questions

La manière dont vous allez maintenant comparer toutes ces informations entre elles paraît évidente, donc nous n’allons pas nous y attarder. En revanche, nous allons vous donner d’autres questions que vous allez vous poser pour faire votre choix final correctement.
  • Est-ce que le produit correspond à un achat impulsif qui ne nécessite pas beaucoup de recherches avant l’acte d’achat ? C’est le genre de produit que vous voudrez vendre pour commencer (heureusement la plupart des produits dans la tranche de prix que nous avons défini sont des produits à achat impulsif).
  • Est-ce que le produit est fragile ou dangereux à transporter ? Ces caractéristiques peuvent fortement augmenter le prix des transports et le taux de retour.
  • Est-ce que certains des produits ont plus ou moins de parties amovibles ? Plus ils ont de parties amovibles, plus le risque de disfonctionnement est important. Pour commencer, privilégiez ceux qui en ont moins.
  • Est-ce que les 10 meilleurs vendeurs actuels peuvent encore s’améliorer ? Leur manque-t-il une image de marque ? ou leurs images de marque respectives peuvent-elles être améliorées ?
  • Est-ce que vous pouvez avoir la même qualité de produit ou une meilleure qualité que les 10 meilleurs vendeurs actuels ? comme expliqué précédemment, vous devez vendre des produits de qualité que vos clients apprécieront (c’est comme ça que vous ferez de meilleures marges).
  • Existe-t-il une communauté de passionnés concernée par votre produit ? Plus tard, il pourra être utile de pouvoir s’appuyer sur des influenceurs, des groupes facebook, ou des choses similaires liées à l’existence d’une passion/communauté. Un produit qui possède des « fans » ou des passionnés est plus susceptible de fonctionner que lorsqu’on vend quelque chose de terne, de banal.
  • Est-ce que le produit, d’une façon ou d’une autre, incite à des achats récurrents ou est lié à des produits complémentaires ? Il vous faut réfléchir à ce qui vient après le produit. Est-ce que vous avez d’autres produits dans votre sélection qui sont liés et qui peuvent permettre de proposer plus de produits aux mêmes clients ? Une excellente démarche est de vendre des produits associés pour en faire des marques par exemple, l’un encourageant la vente de l’autre et vice versa.

Maintenant, sélectionnez votre produit gagnant

Vous ne devez pas vous bloquer à cette étape, parce que vous avez déjà fait tout le travail ! En plus de ça, vous en avez sans doute fait beaucoup plus que la plupart de vos concurrents, donc c’est clairement le meilleur moment pour se lancer. Prenez-votre courage à deux mains et allez-y ! Bien sûr, il y a des risques. Il n’existe pas de business qui comporte aucun risque. Mais à travers les différentes étapes accomplies, vous avez calculé et surtout réduit les risques possibles. Vous avez les clés en main, alors A VOUS DE JOUER !

Intéressé par nos services ? Besoin de renseignements personnalisés ?
Nos experts vous répondent sous 48H

Écrire un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.